Jour 2: frayeur à la frontière Yéménite.

Pas de réveil ce matin, les journées ici commencent plus tard et ça nous va bien.

J’ouvre les yeux: 9h. 

On se prépare et on range nos affaires soigneusement avant de quitter la chambre. On a pas très faim donc on va prendre un café au lait et une viennoiserie chez Costa puis on va à Carrefour acheter de quoi manger ce midi. On opte pour dès salades Fatoush et on prends de l’eau bien fraîche. Petite parenthèse là dessus, Oman n est pas une destination bon marché, soit c’est les mêmes prix que ce qu’on peut trouver en France soit c’est plus cher.



On arrive sur le parking et on rempli nos poches d’eau euuuh camel bag pardon, et Nizar ferme le coffre en laissant les clefs à l’intérieur. On plaisante ensemble et un Omanais qui a assisté à la scène s’en amuse avec nous. On commence à discuter en arabe et il nous demande d’où l’on vient etc il était vraiment sympathique. Il nous dit qu’il est responsable marketing dans le tourisme et nous donne sa carte avec son numéro perso en nous disant que si on a besoin de quoi que ce soit on peut l’appeler. Merci Haitham!


Nous voilà prêt pour notre périple toujours sans carte et avec un GPS approximatif. Direction Mughasyl, la route depuis Salalah est dépaysante. Un paysage lunaire avec parfois ça et là des maisons tantôt luxueuses posées au beau milieu de nul part ou bien plus modestes et nombreuses. Sur la route on croise beaucoup de dromadaire, ça nous amuse car ils ont l’air de nous regarder de haut, nous humains prêt à dégainer nos téléphones à la moindre occasion. Ils sont chez eux donc quand on en croise c’est à nous de les contourner et pas le contraire.



On arrive à Mughasyl et on se gare au niveau du parking du café panoramique le Mocca. Sac de rando sur le dos on commence la visite du site: Al Manreef Cave. Il fait toujours une chaleur écrasante mais avec le vent de la mer c’est beaucoup plus supportable. Dès les premiers pas on adore, ces falaises abruptes qui se jettent dans la mer c’est juste incroyable de beauté. Sur le site pourtant assez Grand nous sommes seuls. Nous sommes en basse saison et les locaux viennent ici plutôt lors du khareef. On se dit qu’on a quand même de la chance, tout ça pour nous! L’attraction c’est l’eau qui s’infiltre sous les cavités des falaises et forme un espèce de geyser avec des jets d’eau de plusieurs mètres. On ne lasse pas de la vue et on fait le pleins de photos. On part un peu en dehors des barrières pour avoir une vue plongeante et toujours plus incroyable, mais on reste prudent, toujours.


On décide de continuer notre chemin direction Rakhuyt un village à quelques dizaines de kilomètres du Yémen.

« La route infernale » c’est en ces termes que le guide Petit Futé l’a décrite. On a compris assez vite pourquoi. Huit virages en épingles, 5km et 12% de pente pour monter à plus de 1000 m d’altitude, je peux vous dire qu’on reste Bien accroché! Il y a un parking aménagé plus haut pour voir le parcours de fou emprunté mais on l’a loupé! On arrive à un Check point militaire sûrement à cause de la proximité avec le Yémen. Un jeune homme nous arrête, large sourire, on lui donne nos passeports il était très agréable pas du tout froid, nous demande comment ça va si notre voyage se passe bien puis s’excuse et nous demande de nous garer sur le côté et part avec nos passeports. Nizar me dit qu’il va appeler l’embassade pour voir si on est pas fichés S, on se marre. Il revient, s’excuse encore et nous laisse repartir.

La route devient plus tranquille et on arrive à un embranchement, tout droit ou à gauche? Je dis à Nizar « vas y c est tout droit » … j’ai regretté amèrement cette décision.


C’était un chemin caillouteux, jusque là on peut dire que le Sultanat dispose d’un réseau de route vraiment parfait. On continue jusqu’à un espèce de portail, pas très engageant mais ouvert, on avance et là le chemin se fait sentier et de plus en plus étroit. Ça secoue pas mal au départ on se dit c’est rigolo mais plus on avance plus on est à flanc de montagne et plus le sentier est accidenté. Ok là on flippe! Impossible de faire demi tour on a à peine la place pour passer! Clairement si on crève un pneu, ce sera impossible à une dépanneuse de venir jusque là c est beaucoup trop étroit et si on tombe en panne on est au beau milieu de nul part… Les 8 km les plus longs de notre vie! C’était interminable, des énormes cailloux, des trous la voiture secoue dans tous les sens j’en ai l’estomac retourné, Nizar transpire à grosses gouttes et je sens le reproche planer dans l’air… je ne dis rien, il vaut mieux. Il ne nous restait que quelques mètres périlleux à parcourir et on voit au loin une route tout ce qu’il y a de plus rassurant, il fallait aller à gauche….

On pousse un ouf de soulagement et on remercie Dieu que tout cela ce soit Bien fini!

On arrive dans le village, et on voit tout de suite cette magnifique plage digne d’un décor de carte postale avec ces palmiers plantés en amont. Mais avant pose pipi, il y a des toilettes public un peu partout même dans des endroits improbables, et ceux là était hyper propres j’étais assez surprise car c’est ouvert à tous mais pas de trace de vandalisme, rien.

On récupère nos affaires pour picniquer sur la plage et je me change à l’arrière de la voiture pour mettre une longue robe achetée plus tôt au Mall. 


Déserte, pas âme qui vive sur cette plage magnifique. Des vagues animés, un sable vierge de toutes traces et une eau à 28. On adore la plage privée merci! On trempe les pieds dans l’eau puis on réponds à nos estomacs qui crient famine en s’installant pour déjeuner sur nos serviettes. (On ne ramène jamais de serviettes de plage de la maison car ça prends beaucoup de place, on en achète toujours sur place, les moins chers, qu’on laisse ensuite ou que l’on donne). En déjeunant on se dit que visiblement c’est pas leur truc de se poser sur la plage, ça doit être culturel… dommage car vraiment c’est sublime! Ils devaient se demander ce que faisait ces deux touristes en plein cagnard au bord de l’eau. On ne prends pas le temps de se baigner complètement parce que pour le retour le GPS indique 4h de route! Whaaaaat?! 

Finalement on prends la bonne route goudronnée et agréable. On croise toujours autant de dromadaires et les villageois nous saluent à notre passage.


On serpente dans les routes tortueuses des montagnes Djebel Al Qamar, à l’horizon se dessine devant nous un paysage digne du Grand Canyon comme un clein d’œil. Entre les montagnes on pousse des « wawww » quand on devine des criques, des plages et une nature brute et divinement belle. Oman est fabuleux. 


De retour à Salalah on est déjà nostalgique de cette journée même si on se serait bien passé de cette descente infernale! On repasse le Check point et cette fois ci on ne nous arrête pas et on nous souhaite un bon séjour.

On rentre à l’hôtel complètement poisseux, on se douche et direction le Mall pour dîner. 


À notre retour la bonne nouvelle c’est qu’à la réception il y avait une carte pour nous. Je suis hyper contente de voir que c’est une carte du Sultanat et qu’elle me paraît hyper complète. On avait pas l’intention de payer 20€ par jour pour un GPS, on va se débrouiller et ça va encore plus nous rapprocher… on risque de s’embrouiller un peu mais ce sera que du kiff au final, InchAllah.


Il est 1h02 et je finis d’écrire ce jour bien rempli, je ne me relis pas donc soyez indulgent et merci à tous de me lire.

À suivre…

NB: j’écris depuis mon téléphone et je suis désolée les photos ne se chargent pas dans l’ordre.

3 commentaires sur « Jour 2: frayeur à la frontière Yéménite. »

  1. vraiment un super blog , nous partons sur Oman dans une semaine est vos commentaires donne vraiment l’ envie d’y aller. juste une question sans rapport avec le voyage votre compagnon n’est pas conducteur de train !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s