Jour 6: Wahiba Sands, nuit de rêve dans le désert du Sultanat et racisme décomplexé.

Avec l’expérience des Roadtrips passés j’ai appris à organise le voyage de sorte à ce qu’ il y est des journées plus calmes sinon c’est difficile de tenir le rythme.

Du coup ce matin on se lève à 8h mais on somnole dans le lit et la fraîcheur de la climatisation qu’on a du mal à quitter. On finit par se lever vers 10h et le temps de ranger nos affaires et nous féliciter d’avoir trouvé après presque 1 semaine, comment se ferme cette valise de malheur!

On fait le checkout de l’hôtel Bien que modeste nous a apporté toutes les satisfactions. En partant, on s’arrête sur la corniche de Sur pour observer les bateaux de pêcheurs traditionnels les Dhows. Ils sont magnifiques et ils ont quelques chose de mystique! On prends quelques photos mais les 45 degrés nous empêche de rester davantage à observer ces scènes de vie. En route!


Le ventre vide nous nous dirigeons au désert de Wahiba Sands. J’ai dis à Nizar qu’on trouverai bien quelque chose sur place… bravo Sara! On aura attendu 1h avant d’enfin se mettre quelque chose sous la dent! 


On s’arrête dans un Coffee shop comme il y en a des centaines mais qui ne paient pas de mines. On prendra 2 cafés au lait, 2 clubs sandwichs et 2 jus orange/banane/mangue/ananas pour 7€, dé-li-cieux, le jus de fruit surtout! On hésite toujours à entrer au départ mais les Omanais sont tellement accueillants et sympathiques…

Bref, on a rdv dans la station Al Maha dans la ville d’Al Wassil qui n’a rien du particulier mais c’est le lieux de rdv de presque tous les camps dans le désert. Dans les mails échangés avec le manager je leur ai demandé de venir nous chercher à cette station car Nizar ne maîtrisait pas la conduite sur les dunes, enfin ça nous disait trop rien de nous aventurer seuls dans le désert… Je vous le déconseille d’ailleurs, toutes les années il y a des morts partout dans le monde dans les désert car les gens s’y aventure à une voiture et en générale pas de réserve d’eau.

On voit le guide arrivé avec un 4×4 aussi Grand que le notre. On va vers lui pour monter dans le véhicule mais en nous voyant il nous demande si le 4×4 derrière est à nous, on lui réponds que oui. Alors il nous dit de le suivre. Je lui explique que bon le dune bashing n’est pas la spécialité en Haute Savoie mais il me dit que c est plat… Let’s try!

Au final c’est rigolo, ça glisse un peu mais comme c’est plat on fait les 10km facilement et on arrive au camp en 15minutes. 


Desert Night Camp, le plus luxueux de tous, 180€ la nuit en demi pension. Petite serviette fraîche, café à la cardamone et dattes de bienvenu, c’est l’accueil Omanais. On va chercher notre valise en petite voiturette et on s’installe dans la « tente » numéro 1. 




C’est carrément énorme, petite entrée toute mignonne et fleurie, et à l’intérieur juste ce qu’il faut en déco et quand on pense que nous sommes dans le désert c’est juste ouf. On adore les détails genre la fermeture de la porte par un cadenas!

Il y a plusieurs activités que vous pouvez faire: quad, dune bashing, promenade à dos de dromadaire…. Mais comme partout à Oman et surtout dans les établissements de luxe, c’est excessivement cher. Sinon, il y a une salle de jeu avec de quoi passé le temps si vous vous ennuyer, on fait une partie de baby foot juste pour le fun mais je perds lamentablement.


Le camp dispose également d’un magnifique restaurant bar où l’on prendra un jus de fruit frais très appréciable par cette chaleur.


On se rend sur le haut de la dune en 4×4 avec le guide Omanais, adorable par ailleurs, et ça secoue pas mal, heuresement ça ne dure qu’une minute. On ne verra pas le coucher du soleil car c’est trop couvert, mais on profite de la resplendissante lumière pour faire des photos et profiter du panorama.


Parmi les touristes présents, certains parlent français. On discute avec une jeune allemande qui est en tour du monde avec son père depuis 6 mois. J’adore! On discute  voyage et elle me donne des idées de futures échappées… un tour du monde, quelle chance! Elle me demande ce que je pense de notre nouveau président et de la politique en France en général, je lui réponds, elle m’écoute mais ne dis rien.

À l’heure du repas on se rends on restaurant à la lampe torche car très peu éclairé mais c’est très bien, ça donne du charme supplémentaire au lieu déjà magique.


Buffet copieux, grillades et musique Omanais en fond jouée par 3 jeunes hommes, je suis en kiff! Le personnel est naturellement très sympathique et on passe un bon moment. Au buffet on rencontre le papa de la jeune tourdumondiste qui vient nous saluer et nous dit « c’est vous les français? Enchanté, ma fille m’a dit avoir discuté politique avec vous, j’aimerai bien échanger avec vous à mon tour. » Aucun soucis, au contraire avec plaisir.


On mange dans le calme et on profite de la magie du moment, la nourriture est excellente il y a du choix, les boissons ne sont pas comprises mais on commande un cocktail pour moi et un soft pour Nizar. Pendant que l’on mange le monsieur revient vers nous et demande s’il peut s’installer. Je lui fais de la place.

Au départ de la discussion tout allait bien, nous parlions voyage et échangions nos expériences. Il avait beaucoup voyagé et il offrait ce tour du monde à sa fille avant qu’elle ne débute ses études de médecine. Pas du tout un tour du monde backpack, plutôt luxe car il décidait au Jour le jour où ils allaient aller. « Dans deux jours peut être l’Iran » 

J’ai toujours pensé que les gens qui aiment voyager sont plus ouverts et tolérants… il m’a prouvé que pas forcément. Il commence à nous parler politique et à tenir un discours tendancieux du genre « en France on a pas le droit d’être riche! Pas contre faire la grève pour rien vous êtes les plus forts! Et c’est toujours la faute des patrons, on ne peut même pas virer les gens quand on en veux plus! » Et pleins d’autres choses dans ce style… J’essai malgré tout de donner mon point de vu, mais à moment donner il commence à parler immigration et là j’ai cru que j’allais vomir mon repas.

« Bon, je vais vous dire, moi même je suis rasciste. Je le suis devenu par la force des choses. L’Allemagne a une certaine histoire, c’est un pays catholique et je ne voudrais pas que cela change. Quand je vois tous ces jeunes hommes dans les rues, tous des lâches! Pourquoi ne pas se battre pour leur pays? Si c’était moi je ne pars pas, ils sont comme des animaux avec les femmes! Je les aime bien chez eux pas chez moi! »

…..

Oh Lord!

Je suis médusée et je pense que cela se voit, au départ je choisi de ne pas répondre et puis c’est plus fort que moi. Toujours très cordialement je lui donne mon point de vu, mais je n’apprécie plus du tout sa compagnie. Le ponpon quand on lui demande ce qu’il fait dans la vie, marchand d’art. Il vit à Zurich mais aussi en Allemagne, la Suisse c’est pour l’argent. Gros LOL. 

Il finit par nous lâcher et aller se coucher. Avec Nizar on en revient pas… après un dessert qu’on a pas savourer on retourne dans notre tente en se disant qu’ il faut de tout pour faire un monde mais que parfois c’est affligeant.


Bref, ça ne nous empêche pas de passer une excellente nuit, Après une douche rapide en gaspillant le moins d’eau possible, on s’endort sans difficulté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s