Jour 8: Nizwa, l’ascenseur émotionnel 

Debout à 8h on veut profiter au maximum de cet endroit irréel. Je me lève titubant, les yeux encore mi clos pour ouvrir les rideaux, ouf! Je ne rêve pas. 


On va au petit déjeuner qui est lui aussi compris avec la nuitée, heureusement car la ville la plus proche est à 50km et quelques 1500 mètres plus bas…

« Est ce qu’on a passé une bonne nuit? Très bonne, elle n’aurait pas pu être meilleure.  »

Toujours au petit soin on nous installe à l’extérieur à notre demande car à cette altitude la température est respirable et on peu profiter d’une vue incroyable sur le Canyon.


Je dois vraiment vous parler du petit dej? 

Incroyable, bon et un choix impressionnant au buffet et à la carte. Du miel du Jabal Akhdar juste délicieux et quand je pense à cette route périlleuse et se dire qu’ils doivent tout monter jusque là… une prouesse! On se délecte et on profite de ce moment.


Nizar a déjà son short de bain et est bien décidé de profiter de la piscine jusqu’au bout. Pour ma part je fais une petite marche autour de l’hôtel et j’essaie de graver dans ma memoire ce lieu magique.

J’en profite pour faire quelques photos, Nizar me rejoins et on s’amuse de voir un petit groupe de chèvres qui déambule au bord du précipice avec assurance, ils sont dans leur élément.


Tic tac, l’heure tourne, il est temps de faire le checkout. On quitte Alila vraiment triste de ne pas avoir pris une nuit supplémentaire, ça valait tous les sacrifices.

Les amis, si vous allez à Oman, ne manquez pas cet endroit! J’ai les pieds sur terre et j’ai tout à fait conscience que ce n’est pas à la portée de toutes les bourses, mais vraiment ça vaut le coup de commencer une petite tirelire!

Je suis moins tendue sur la route pour descendre et on s’arrête plusieurs fois pour prendre des photos et profitez de l’incroyable panorama qui s’offre à nous.  La descente est raide, tellement qu’il y a des « escape lane » pour les véhicules qui perdent le contrôle sur la descente, rassurant mais flippant.

Nous arrivons au niveau du check point mais personne ne contrôle. Nous avons mis un peu plus d’une heure.


Pour aller à Nizwa, il faut maintenant 1h. La route est magnifique encore une fois on Passe entre les montagnes du Hajar et c’est somptueux.


On arrive à Nizwa et on décide d’aller de suite à l’hôtel déposer les affaires. On passe devant et je reconnais la façade… on plaisante avec Nizar en appelant l’hôtel La colline a des yeux, ouai parce que pour le coup ça fait pas rêver. Au beau milieu de nul part, il y a même pas de route pour arriver jusque devant l’hôtel.

On fait le check in et il faut payer tout de suite, c’est inhabituel mais ça ne nous dérange pas. On a l’impression d’être les seuls clients car il n’y que notre voiture sur le parking. 

Je suis morte de rire quand je vois la carte magnétique de notre chambre ! Une simple carte blanche avec un morceau de scotch et le numéro de notre chambre écrit au marqueur indélébile.

Bon, la chambre est grande, salon cuisine et salle de bain. Baignoire un peu sale, du coup on s’est pas lavé lol. Non, mais j’exagère un peu le tableau, pour une nuit ça ira…

Ah non mais ce tapis shaggy vert…C’est très….vert non?

 Bref, le temps de se poser deux secondes on s’apprête à aller à la découverte de la ville.


On part direction le Fort de Nizwa, un immanquable! Magistral et incroyablement bien rénové, les bases du bâtiment date du XVII siècle. C’est à la fois un fort et à château, il avait un but administratif et défensif. Ça me tenait à cœur de venir à Nizwa car de part son histoire elle me rappel ma ville d’origine au Maroc: Fes. L’Islam est arrivée en premier à Nizwa et c’était le repère des intellectuels et poètes de l’époque.

On trouve assez vite l’édifice qui est stratégiquement situé au cœur de la ville, mais on ne trouve pas tout de suite l’entrée. On décide à nos risques et périls de descendre de la voiture et chercher à pieds. Il fait une chaleur insoutenable, et on se déshydrate vite. 

On déambule dans les ruelles vides et évidemment aucune femme. On fini par demander à un jeune homme qui nous amène jusque devant des escaliers et nous dit que c’est là. On le remercie mais on reste un peu observer et on monte la première marche juste pour être sûr car il nous semblait qu’il s’agissait d’une mosquée. En effet…

On a à peine le temps de tourner les talons qu’on entends quelqu’un crier dans notre dos et quand on se retourne on voit un monsieur en Dishdasha et il semblait ne pas avoir la lumière à tous les étages.

Il nous lance un regard noir, baragouine quelque chose en arabe que je n’ai pas compris et fait un geste avec la main pour nous dire de dégager.

Okay, okay!!

Je me demande ce que ça lui aurait coûté de nous dire simplement que nous ne sommes pas au bon endroit…

Bref on reprends la voiture et cette fois on finit par trouver. On se gare devant un Coffee Shop pour acheter encore de l’eau et remplir notre poche à eau dans le sac à dos.

Arrivés à l’entrée je vois les horaires et me rends compte que la fermeture est dans 25 minutes, à ma mine déçue l’agent Omanais me dit qu’il n’ y a pas de problème et que l’on pouvait rester le temps dont on a besoin. Adorable!


On s’acquitte des 1rials environ 2,50€, et on pénètre dans le fort. Certains regrettent qu’il soit si Bien rénové mais nous on adore! Il y a toutes les infos qu’il faut pour comprendre le fonctionnement du fort et l’utilité de chacune des pièces que l’on visite avec des reconstitutions très réussies. 


C’est somptueux, la vue sur Nizwa et la mosquée sont superbes et malgré la chaleur on en profite et on joue des personnages d’époque! J’ai beaucoup aimé la partie où était exposé les bijoux d’époque, tenues, outils des ferrailleurs, système de stockage de dattes… très instructif! En retournant vers l’entrée in comprenant qu’il n’y a que nous, le gentil monsieur a fermé les portes et a attendu qu’on finisse… trop bien!


On fait un tour dans Nizwa, en voiture car il fait vraiment trop chaud et il n’y a aucune femme dehors. C’est très charmant mais il est déjà 17h et en passant devant un Mall on se dit qu’on allait acheter à boire pour ce soir. 

On gare la voiture, et on se dirige vers l’entrée. On est stoppé par le type de la sécurité qui montre Nizar du doigt…. je ne comprends pas et mon mari non plus! Il nous montre la pancarte avec les pictogrammes et notamment celui concernant la tenue réglementaire. Je suis sidérée !!!!!

On tourne les talons sans rien dire mais en montrant que nous sommes choqués! Nizar, comme vous le voyez sur les photos porte un short qui arrive sous le genou et un t-shirt… Honnêtement on est resté un moment dans la voiture abasourdi ça nous a vraiment mis un coup au moral et on décide de rentrer à l’hôtel et ce sera mcdo pour la peine et au drive car on est vraiment dégouté!

Quand on pensé à Bani Khalid et se village perché on personne n’a rien dis sur notre tenu, on nous a même aidé à trouver notre chemin, pareille à Salalah.

On devait voir d’autre chose mais on finira notre soirée à l’hôtel, pressé d’aller à la capitale…

À suivre….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s